Woman in Paris

28 février 2009

Nippon nippon! Japon attitude à Paris (1)

 

 

WomanInParis fan du pays au soleil levant depuis des années vous a concocté une petite sélection (non exhaustive) pour voir la vie Made in Japan.

Décoration


Une boutique d'artisanat typique du Japon Yodoya - 6/8 rue St Gilles (3e arr) à quelques mètres du Métro Chemin Vert (ligne 8)
Des maneki neko, des poupées kokeshi, des kimonos et ceintures en soie, du thé vert biologique et des gadgets étonnants comme des gommes d'écolier qui ressemblent à des sushi, des ballons en papier en forme d'animaux,...


Ikebana déco : 70 bd. St Germain

Métro Maubert - Mutualité (ligne 10)
On y trouve beaucoup de lampes, de petits meubles et quelques poupées kokeshi "modernes" car en matériau style céramique

zenWaitingBamboo

Manger Jap'

Une épicerie asiatique :

Sou- Quan, 35 place Maubert (5e arrondissement)
A quelques mètres du Métro Maubert - Mutualité (ligne 10)
Fruits et légumes frais ou secs, conserves, surgelés, épicerie sucrée et salée...
Le choix est assez conséquent et les tarifs font plaisir aux portes monnaie échaudés par la crise!

Si vous cherchez des idées pour agrémenter votre riz de délicates saveurs, vous trouvez des sachets d'épices et de condiments à mélanger, du vinaigre de riz pour sushi (1,3 e le litre), de la sauce soja en multiples références, du wasabi à hydrater en poudre ou en tout prêt à l'emploi en tube, des champignons déshydratés, des algues nori pour faire des maki, etc.
Au rayon surgelés, des beignets de crevettes et autres bouchées asiatiques.
Et il fut que je vous parle aussi des beignets à la pâte de haricot rouge, une merveille sucrée tout comme le nougat mou aux graines de sésame et cacahuètes (2,95 e les 500 gr)

Attention parents et personnes à mobilité réduite, le magasin est bas et nécessité d'emprunter 5 ou 6 marches d'escalier... Quand on a une poussette canne très légère type mac laren passe encore mais après ça devient mission impossible

Si vous ne vous sentez pas l'âme d'un cuisinier mais que votre palais vous réclame des saveurs nippones : un restaurant japonais.
Coup de coeur pour Tomitaki restau japonais 39 rue Brochant (17e arrondissement)
Métro Brochant (ligne 13)

Un accueil très cordial, un service de livraison efficace et de bons produits!
A un prix plus que correct par rapport aux tarifs usuels des restau jap, ce qui ne gâche rien!
Yakitori et california maki à tomber par terre!

Suite des investigations prochainement...

Posté par celinevincerobin à 23:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


23 février 2009

Bollywood à Paris où comment voir la vie du côté indien!

 

      15440_49DG_1

Envie de vous enduire les cheveux d'une pâte qui sent la rose ou le jasmin?

Envie de tester une alternative plus écologique et plus économique au signal white now en vous brossant les dents avec une poudre violette?
A 30 centimes le sachet qui dure x années... Sourire bright garanti...

Envie d'épater vos amis à l'apéro avec des épices / aromates colorés à croquer aussi délicieux que décoratifs?
Et en plus ça donne bonne haleine après un repas épicé au curcuma!

Envie de goûter les spécialités que vous avez aperçues dans un film de Bollywood?

VELAN est là!
Une petite boutique qui ne paie pas de mine au premier abord mais qui regorge de trésors culinaires et cosmétiques!

Au coeur de rues colorées et animées, une petite enseigne presque cachée dans un passage!
ça surprend un peu si vous y allez le soir, qu'il fait noir car c'est un petit passage
...mais passer la porte de VELAN nous laisse apprécier les couleurs et les parfums de l'Inde!
Cuisine, cosmétiques naturels ou presque ou même ayurvédiques

Si vous demandez du Shikakai ça se dit "chi ka caille" si mes souvenirs sont bons, sinon vous risquez d'avoir un rire amusé un brin moqueur de la vendeuse...

Selon ce que vous prenez votre baignoire risque d'être un peu chouchoutée aussi car beaucoup de ces préparations sont très argileuses (mais rassurez vous ç se rince très bien)
Selon ce que vous prenez vos cheveux sentiront la rose ou le curry! (on n'aime pas trop balancer sur ce blog - ou si peu - mais celui là il sent le curry : MEERA SOINS CAPILLAIRE 50g)

Au niveau des huiles, beurres de karité ils ne sont pas bio ni exempts de trucs bien chimiques qui donnent des boutons d'où le prix défiant toute concurrence...
Mais ça peut faire des huiles hydratantes sympa!
Personnellement autant prendre ne huile au rayon alimentaire de votre supermarché favori quitte à y ajouter un peu d'eau florale pour parfumer (eau de rose, de fleur d'oranger, etc)

Niveau cosmétique, je penche plus pour l'ayurveda et les produits ayurvediques donc

niveau cuisine, la boutique est très fournie!
ça va des légumes secs style lentilles corail aux conserves en passant par l'épicerie fine, les produits apéritifs, le chutney, les pickles, les épices,...

Le site web de la boutique où l'on avoir un aperçu des produits et même commander en ligne
http://www.e-velan.com


83/87 passage Brady 75010 Paris
Metro Chateau d'Eau ou Strasbourg Saint Denis. (4, 8, 9)
Tel 01 42 46 06 06


Posté par celinevincerobin à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2009

Securitas n'est pas bébé friendly!

Une anecdote toute fraiche d’hier après midi.

Pour situer le contexte, j’assistais à une exposition sur la littérature jeunesse à la bibliothèque Nationale de France François Mitterand.
La sécurité y est sous traitée par la société Securitas.

Je portais mon bébé de presque 16 mois dans un chinado.
Arrive un moment où il veut téter. Je fais le tour de la salle et aperçoit un banc à l’écart dans un endroit où il y a peu de passage.

Je m’installe, je me tourne vers un angle de murs pour le mettre au sein.
Au niveau vestimentaire j’ai un tee shirt (et le soutif) que je fais passer en dessous du sein et un pull que je remonte au dessus du sein.
Mon bébé a la tête collée à mon torse et il tète dès que le sein est à sa portée. Autrement dit : on ne voit rien.
Je vois qu’une dame de la sécurité avec un badge Securitas me regarde fixement, elle se demande ce que je fais.
Au bout d’une minute ou deux de tétée, mon bébé se dégage du sein, je farfouille sous mon pull pur remonter d’une main tee shirt et soutien gorge.

Là dessus, la dame fonce droit vers moi voyant que j’ai la main sous le pull et mon bébé encore en position d’allaitement.
Je viens de l’allaiter sous son nez mis elle n’a pas vu. Elle pense que je m’apprête à le faire.

Elle est avec ne de ses collègues et se plante devant moi en parlant très fort et très sèchement. « Ce que vous allez faire c’est non, pas de ça ici ! »
Je lui fais préciser : « ça quoi ? »
Elle : « vous savez bien : ce que vous vous apprêtez à faire ! »
Moi ignorant l’allusion et voulant lui faire mettre des mots sur « ça » : « non je ne vois pas de quoi vous parlez»
Elle « Vous alliez lui donner le sein ! »
Moi « et alors ? quel est le souci avec le fait de nourrir son bébé ? C’est une chose naturelle »
Elle, poussant de grands cris : « NON, pas de ça ici. Vous êtes dans un lieu public madame !!! Dans une exposition ! On ne se montre pas aux gens !!! Surtout pas ça !!! »
Moi « On ne voit rien et la rue c’est aussi un lieu public, dans ce cas là je ne nourris plus du tout mon bébé à l’extérieur ! »
Elle : « On sait que vous allez allaiter votre bébé, pas de ça ici ! Et vous faites ce que vous voulez dans la rue mais pas ici !!!»

Sa collège lui tire le bras, lui dit « laisse ! »
Comme je les regarde tout sourire, elles partent, la folle fulmine.
Là dessus mon bébé réclame une autre tétouille je lui redonne un peu. Je les imagine appeler les flics, je me demande ce que je ferai mais je ne vais pas me laisser faire.
Quelques personnes, avisées par les cris du dragon passent et essaient de voir ce qui ne va pas. Je reste stoïque, personne ne voit mon sein, pas de spectacle à voir limite les gens sont déçus.

Je poursuis l’exposition.
La collègue gentille qui essayait de temporiser le dragon vient me voir en s’excusant.
Elle me dit qu’elle a des enfants, qu’elle a allaité aussi et qu’elle trouve ça magnifique mais que pour sa collègue ce n’est pas normal d’allaiter alors elle a réagit comme ça. Elle me dit que sa collègue a été très sèche et a crié mais qu’en vrai elle n’est pas méchante. Elle ajoute que c’est la première fois qu’une femme allaite ici (vous m’en verrez flattée). Elle s’excuse à nouveau, à la place de sa collègue.
Je lui dis « ne vous en faites pas, je ne vous en tient pas rigueur à vous »

Je fais quelques mètres, je vois sa collègue assise plus loin, en train de se remettre de ses émotions. Elle est rouge comme un coq et elle me fusille du regard. Moi je lui souris innocemment, pas perturbée du tout.
Là dessus elle se lève et fonce vers moi.
Elle me ressort son laïus sur le fait qu’on ne montre pas son sein en public, les personnes aux alentours nous regardent avec des yeux ébahis.
Je lui réponds : « je vous mets au défi de voir mon sein quand j’allaite ! »

Elle réplique : « Vous savez c’est interdit dans notre règlement ! »
Moi « ah bon, un règlement qui stipule qu’il est interdit d’allaiter ça m’étonnerait fort que de tels règlements existent »
Elle, s’emportant : « Si vous ne me croyez pas j’appelle mon responsable ! »
Moi « D’accord appelez le ! »
Je suis toujours aussi calme et souriante depuis le début, ça l’énerve beaucoup de me voir si zen. Elle voulait peut être que je sorte de mes gonds pour pouvoir m’expulser : je ne lui laisserai pas cette satisfaction.

Vient son responsable.
« Madame, ma collègue m’a raconté : on ne peut pas faire ça ici ! »
ça !!! Encore un qui est mal à l’aise avec la tétouille, je lui fais préciser « ça quoi ? »
Lui : « vous savez bien le sein ! »
Moi « où est le problème à donner à boire à mon bébé ? »
Lui « les gens peuvent être gênés de voir un sein ! »
Moi « s’il y avait exhibition je comprendrai mais là il y avait mon pull au dessus, on n’a pas vu mon sein ! »

Lui : « ah bon ? »
Il perd ses moyens, il ne s’attendait pas à cette réponse.
Il se reprend « oui mais vous auriez pu venir nous voir, il y a des salles, on aurait pu vous isoler au calme ça aurait été mieux pour tous : pour vous, pour votre bébé et pour les gens ! »
Là dessus, après avoir trouvé cette porte de sortie pour clore il me souhaite un bon après midi et part.

En conclusion : personne ne m’aura vu allaiter à part cette dame qui a eu des suppositions que j’allais allaiter alors que j’allaitais déjà devant son nez.
Egalement, si des personnes ont pu être gênées, c’est plus par leur bruyant tapage autour de cette histoire que par mon allaitement.
Enfin, je trouve ça dingue de monter au front comme ça à cause de ses convictions personnelles ! C’est bien de ça qu’il s’agit : la collègue a confirmé que la dame ne trouvait pas ça normal d’allaiter ! Un agent de sécurité c’est sensé être discret et mettre ses opinions persos entre parenthèses.
En tous cas, moi je suis restée calme et souriante !
Je pensais aux mamans qui doutent, il y a de quoi décourager un allaitement. J’ai tenu bon et me dit que peut être ils hésiteront maintenant s’ils voient une maman allaiter.

En tous cas, j'ai allaité au Louvre, au Musée d'Orsay, au Petit Palais, à Disney, au Sacré Coeur,... enfin un peu partout, et ça n'a jamais posé problème!

Posté par celinevincerobin à 10:43 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

05 janvier 2009

Neige in Paris

Quand le matin on se lève et on voit un manteau de neige sur le balcon, on se dit que ça serait une chouette idée de faire découvrir ça au Bazou!

Allez hop! Direction le square!

D'abord on s'équipe!

Bébé : body, sous pull, pull qu'un bûcheron canadien ne renierait pas, collants, pantalon épaisseur maxi, chaussettes, mouffles, un bonnet qui fait aussi écharpé et au dessus un bonnet encore plus grand et plus chaud, manteau matelassé, beurre de karité sur le museau
et chancellière + habillage pluie pour dans la poussette
Un petit bibendum, il a doublé de poids à l'habillage et il se laissait tomber par terre tellement il était rembourré sous toutes les coutures

Maman : collants en laine sous le pantalon, pantalon, tee shirt manches longues, pull long col roulé, manteau, écharpe et bonnet qu'on a piqué à son ptit mari
Seulement, le bonnet très extensible, il glisse et remonte sur cheveux long! Du coup on aurait dit que j'avais une belle capote noire sur la tête ou piqué le bonnet du schtroumph noir, au choix!
N'oublions pas les lunettes! J'ai béni mon idée d'avoir laissé de côté les lentilles parce que la neige glacée s'engouffrant en pleine face  ahhh! S'il y a un Koh Lanta des sports d'hiver, maintenant je suis entraînée!
Mon Bazou a la fonction habillage pluie sur sa poussette, ses joues sont restées intactes à lui...

Admettons qu'on oublie les gants de la maman...
Un peu fâcheux si l'on considère qu'il fat tenir la poussette et qu'on ne peux pas rentrer ses mains dans ses manches de manteaux.
Que celui qui aime avoir les mains d'une belle couleur pourpre et qui aimerait ne plus savoir distinguer au toucher en farfouillant dans son sac à main un mouchoir ou le jeu de clé pour rentrer essaie cette méthode, il m'en dira des nouvelles...

Bref avec le bonnet capote, les lunettes sans essuie glace avec visibilité proche de zéro, les mains red is dead,... on représente le summum de la féminité! Paris Glamourosso forever!

N'oublions pas la démarche de canard handicapé...

Enfin, il faut bien ça pour offrir à son Bazou le spectacle de la neige dans un parc!
Parce que là, sur le trottoir, elle est sous forme mutante! Un peu fondue et tassée à certains endroits pour faire de belles plaques glissantes! Vitesse maxi 0,00002 kilomètres heure

Arrivés enfin au niveau de square, on essaie de lire là bas ce qui est écrit devant l'entrée, dur dur avec les lunette et la neige tourbillonnante...
Allez encore un effort...

- Square fermé exceptionnellement pour raison de neige et de verglas -

Same player shoot again...

Posté par celinevincerobin à 23:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

09 novembre 2008

Punching ball cérébral ou quand on passe d'un niveau au dessus en adjoignant deux soeurs en plus d'un bébé

Ma note en prévision sur ma semaine avec mes jeunes soeurs a marqué les consciences à voir les commentaires et les échanges d'expérience que ça a suscité!

Elles sont reparties il y a une semaine mais il m'en a fallu une entière de semaine pour m'en remettre!
Epuisant!
Enfin ce n'est pas bien difficile de m'épuiser car mon bébé d'amour, Bazou pour les intimes, a défriché le terrain pour vous  mesdames et messieurs!

C'est bien de se promener et de faire découvrir Paris à la jeunesse de France mais c'est un poil fatiguant tout ça!

Tout d'abord la mobilisation de mon cortex.

Avec mon Bazou de 13 mois, je suis entrainée, enfin un peu, on ne l'est jamais assez face à des ressources bazesques.
Mais là il faut doubler la difficulté.

Pendant que vous poussez d'un pied un magasine par terre (on pourrait glisser / qu'est ce que ça fiche par terre tout d'abord?) tout en rattrapant un bébé rampant jusqu'à le Saint Graal (le bol à croquettes) et que vous déposez le chat ailleurs car ce crétin veut se faire suicider du poil en restant à proximité des mains happeuses bazesques ; et bien pendant ce temps là (vous suivez?)
Pendant ce temps là votre cerveau est assaillit de réflexions philosophiques et de questions en tout genres, la jeunesse d'aujourd'hui a l'esprit vif et vigoureux (quand elle veut => précision de taille)
Vous voilà à entendre "oh le Golo (chat n°2) il se lèche la patte avant gauche"
"oh le papier toilette ma copine elle a le même chez elle"
"héééé! L'oiseau!!!!" (où ça? où ça?)
"héééé! Le truc!!!!" (quoi quoi quoi? Où? et alors? quoi le truc?)

Parce qu'évidemment, il y a longtemps que votre cerveau est passé en mode veille option "survie en milieu hostile" activée, bébé oblige!

Votre cerveau ne peut plus jouxter la perfection lyrique, la quintessence de la métacognition et analyser, solutionner et répondre en un temps restreint et ce, tout azimuts!
Votre cerveau il se prend toutes les stimulations auditives, visuelles et tactiles en pleine face*
Il ne sait plus trier, n'a plus de filtre anti agression extérieure, il est dépassé par tant de sollicitation dont il se prend chaque manifestation comme tant de moustiques se scratchant sur le casque d'un motard sur l'autoroute.
Votre cerveau a du mal à catégoriser de suite l'information en "important / pas important" "urgent / pas urgent".
Son échelle de valeur est un peu rouillée.
Le temps de capter une information et de l'analyser un minimum... et bien une autre est déjà lancée!
Et encore une autre puis une autre, une rafale de détails en tous genres ; ça aide d'avoir une soeur qui commente le moindre pli de son environnement et un bébé en mal d'exploration.
Je vous laisse imaginer le vide intersidéral quand le tgv repart, sisters inside... L'écho résonne et les acouphènes font la danse de la pluie inside.

Aïe!
Je vous aurai bien parlé du métro et de mes deux ados de soeurs qui protesteront à peine si les gens ne bougent pas
et que je préviens 3 stations à l'avance qu'on va descendre.
Tout un poème! (bon là elle se sont un poil habituées à la jungle urbaine parisienne donc ça va mieux)
Bien sûr j'ouvre le passage moi et ma poussette avec bébé inside! Et si l'une est devant moi je lui dit "avaaaaaaaaance!!!!" pour ne pas rester coincée...

Un peu comme l'information de trop qui se serait coincée dans les méandres de mon cortex, tel un caillot d'info resté bloqué

Bref, je m'en vais rêver à des petits bonshommes munies d'éponges toutes douces et colorées comme de la barbapapa qui viendrait me nettoyer doucement le cerveau, hummmm je sens leur doux massage...

 

PS : Notre organisation mise au point 3 posts plus bas fut un succès
PS 2 : A réitérer donc! La suite aux prochaines vacances...

 

* Sauf la stimulation olfactive. Elle a été killée à coup de bouses nucléaires sournoisement tapies dans les couches ou étalées par terre! Ceux qui ont suivi le précédent post sauront de quoi je parle

Posté par celinevincerobin à 02:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


24 octobre 2008

Avis de tempête

Dès dimanche, en plus de 2 adultes, un bébé et deux chats flemmards dans 70 m2, nous allons accueillir deux adolescentes supplémentaires pour la semaine de vacances.
Il va sans dire que ces changements nécessitent un minimum d’organisation.

On va parler aujourd’hui de l’organisation « on verra ». On l’a expérimenté un tantinet cet été pendant les 4 semaines de squattage des 2 énergumènes de 14 et 16 ans (et demi faut pas l’oublier !) que sont mes sisters adorées (mais si !).

Option 1 : l’organisation « on verra »

En gros, ça consiste à se poser et à se laisser vivre et prendre les choses comment elles viennent. On ne va pas les brusquer ces ados, elles sont en vacances ^

On se lève à 8h ou 9h. On râle parce que le canapé convertible est toujours déballé façon lit et que le salon n’a pas été aéré (« Ya un rat mort ici ? »)
On attend que les 2 énergumènes aient reconfiguré le canapé lit en canapé tout simple car on ne peut pas poser le bébé impatient. Après avoir lutté pour le garder à bras, le canap enfin rétablit, on change la couche traiiinquilleuh, on papote.

9h45 : « Comment donc les filles, vous n’avez pas déjeuné ? Il serait temps non ? »
« Plus de céréales ? Tiens toi vlà 3 euros prends 2 baguettes, tu auras assez de monnaie »

10h15 .
Bébé a déjà eu sa 2e tétée de la journée.
« Pas encore partie chercher le pain ? Quoi se maquiller pour aller à la boulangerie du coin ? Tu sais c’est pas Brad Pitt qui loge dans le quartier mais Gilbert Montagné*, pas besoin de se pomponner « au cas où » comme si t’allais à la cérémonie des oscars. »

10h25.
« heu numéro 1, tu fais quoi ? Comment ça tu attends après numéro 2 pour aller chercher le pain ? Elle est où ? Ah elle se prépare aussi… »
*soupir*
« T’sais moi aussi j’ai la dalle j’attendais pour le pain tant qu’à faire, bon je vais manger 2 ou 3 spéculoos »
« Comment ça tu veux des spéculoos aussi pour déjeuner ? » (exemplarité quand tu nous tiens…)

11h10.
Après moult péripéties donc je vous passerai le détails (« range ton bol dans le lave vaisselle. Comment ça il est plein ? Mmmmm euh ben pose-le là »),
le petit déjeuner est fini ou en passe de l’être.
« Bon, vu l’heure tardive on part cet aprèm hein… Allez le bébé à la sieste, tu frottes tes yeux »

11h30. Numéro 2 veut aller à la salle de bain. Se laver. Ben oui, tout à l’heure c’était uniquement se coiffer, se maquiller, un truc d’appoint quoi. Pour aller chercher le pain *_*

12h15. « Numéro 2 tu fais quoi ? Numéro 1 aimerait bien se laver aussi. Et moi aussi tant qu’à faire »

12h30. « Ah enfin ! Numéro 1, tu peux aller à la salle de bain. Ah tu regardes la fin de l’inspecteur gadget sur la chaine no life ? … »

13h15. « Bon on va manger ! Aïe, pu assez d’assiettes ! Merdum ! C’est vrai qu’on est plus nombreux ! Bon on va en laver à la main. Qu’est-ce qu’on va manger ? J’entends un ouinnnnnn ! »
Bébé se lève. Le repas cuit, surveillé entre deux.
Changement de couche, réchauffage du repas de bébé, nourrissage de bébé à la petite cuillère.

14h05. On mange devant les clips à la tv. On rigole devant « un rayon de soleil » et « no stress » parce que numéro 2 n’aime pas.
Entre deux on parle de « je ne sais pas qui » au lycée qui se tape troooop la honte.

14h35. Fini de manger. Numéro 2 n’a pas encore pris son dessert, le drame, elle a oublié !
Coup de pied dans la fourmilière, le méga kick me démange un peu.
« Bon les filles on va peut être mettre un coup de bourre histoire de ne pas parti trop tard »

15h05. Changement de couche.

15h17.
Après avoir changé bébé et son pantalon arrosé par un pipi incongru lors du changement de couche on s’impatiente un peu.
« Il est où le bonnet de bébé ? » Numéro 1 l’a rangé hier ? Oui mais où ?

15h46.
Après avoir rassemblé le sac à langer, les chaussures, répété à numéro 1 et 2 que
« non ce n’est pas très malin de ne pas aller faire pipi avant de partir parce que dans une demi heure quand tu voudras y aller, ça me fera moyen plaisir de me mettre en quête d’un wc et de payer une conso au café du coin, allez lâche no life TV va pisser nom de nom… »,
on est dans les starting block, prêts psychologiquement à partir !

16h15.
Ayé on est devant le métro.
Euh pour le Louvre c’est un peu râpé (sic) ça ferme à 18h. On va au parc en vitesse.

Demain on se fait le Louvre mais on s’organise, hein ?

Option 2 : Semi directivité.

On sort une liste à la super Nanny en début de séjour et on leur donne des missions lave vaisselle et pliage de linge !

Le matin on fait le lit et on aère dès le lever.

Puis si on déjeune du pain il y a une sœur qui va le chercher sinon on déjeune dès que possible sans attendre que Grande sister le propose.

Une sœur va se laver, l’autre débarrasse le lave vaisselle et moi je nourris bébé + changer couche pendant ce temps là.

Après ça vous pouvez regarder votre épisode de pokemon tandis que je lave bébé, le recouche et que je m’occupe d’une lessive.

Le midi je fais à manger, les sœurs accrochent les 3 trucs de la lessive qui ne passent pas au sèche linge.

Rangement quotidien des affaires des sisters.
Elles prennent 5 min matin et soir et rangent les achats, les bidouilles, etc. (comme ça on ne perdra pas le bonnet de bébé ou ses chaussures)

Soir : les sisters font 5 min de pliage de linge sec pendant que grande sister s’occupe de bébé.
Repas : préparés dans la bonne humeur grâce à la logistique lave vaisselle respectée (Les sisters remplissent le lave vaisselle après manger le soir et on le lance)

Début de l’expérimentation prévu dans 2 jours…

Posté par celinevincerobin à 18:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 août 2008

Le guide des sorties quand il fait pas beau (ou trop chaud) : le Louvre

Pour aller au Louvre c'est tout simple!

Métro Palais Royal - Musée du Louvre.

Lorsqu'on descend de la rame du métro : direction à droite toute! Sortie Musée du Louvre.

Pas besoin de se mouiller s'il pleut ou de cramer sous le soleil! On atterit directement dans une galerie commerciale chauffée / climatisée selon besoin.

Il y a des magasins classiques style Nature et Découvertes, Résonances (qui appartient au même groupe que N&D et qui est spécialisé en détente et cosmétiques bio) ; des boutiques de luxe type Swarovski, la Maison du Chocolat, etc.

 

Un peu plus loin à côté de l'entrée du Musée il y a un Office du Tourisme. Profitez-en pour prendre des plans de Paris et de qu'est-ce qui a à faire et à voir... (ça vous sera notament utile si après le Louvre vous voulez faire le Jardin des Tuilleries ou aller jusque la place Vendôme voire le Musée d'Orsay ou l'Orangerie).

Cependant, il y a tellement à voir au Louvre qu'on peut y passer la journée...

   

Une fois passé l'entrée gratuite, vous pouvez encore faire quelques boutiques ciblées objets culturels.

C'est le moment de vous venger du cadeau de tata Paulette, vous voyez le teesheurt estampillé "Val d'Isère 1997" à paillettes? Et bien là vous trouverez des tongs "La Joconde" d'un jaune fluorescent avec un porte clés offert représentant La Joconde.

Même pas besoin de faire le Louvre pour ça! Si vous êtes un ignare qui ne s'assume pas et que vous voulez faire genre "j'y étais!" vous pouvez acheter des objets culturels. On a déjà parlé des tongs mais il y a aussi des livres, des puzzles, des mugs, etc. Et aussi des livres pour enfants, idéal pour initier à l'Art.

Sinon il y a aussi un Starbuck Coffee! ^^

   

Si vous allez au bout de cette mini galerie commerçante, vous trouverez l'entrée du Musée. Profitez-en pour prendre un plan (en français, pas en italien, je ne dénoncerai personne sur ce blog mais j'en pense pas moins!)

Vous pouvez acheter votre billet si ce n'est pas encore fait (si vous n'avez pas de prévente de la fnac ou de pass musée 2 jours). Les moins de 18 ans ne paient pas! (pensez à prendre les justificatifs d'âge). Moins de 25 ans et 25 ans vous avez une réduc. 26 ans révolus vous raquez 9 euros...

   

Pour le Musée inside, je conseille +++ la partie consacrée aux antiquités égyptiennes niveau - 2. Idem pour les sculptures! Surtout avec des enfants ou ado, ça les intéressera grandement!

Ensuite au niveau + 2, vous pouvez passer devant la Joconde, le Sacre de Napoléon, le Radeau de la Méduse et les Noces de Cana!

 

Pour plus d'infos, le site web du Louvre vous aidera à préparer la visite et vous proposera divers petits itinéraires et photos et textes pédagogiques pour les enfants.

(http://www.louvre.fr/llv/commun/home.jsp)

   

   

Et pour les mamans avec poussette : le Musée est très bien pourvu en ascenceurs et la poussette est autorisée!

Posté par celinevincerobin à 11:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 août 2008

I love Volta

Dans la série "Je suis un intelligent de la laïfe", si tu cherches un cadeau à faire à de jeunes parents, lecteur, viens donc lire par ici.

Au lieu d'acheter la 14 001 ème peluche ou le teesheurte taille 3 mois, alors que le bébé il est né en novembre et qu'il risque pas de le mettre le teesheurte : achète des piles!

   

Mieux : un chargeur de pile! Et des piles rechargeables!

Crois-moi, quand le ptit asticot aura atteint l'âge de 9/10 mois et qu'il voudra tout explorer, tout toucher et ne voudra pas rester 1/300ème de seconde sur le même cm ², les parents te béniront...

   

Imagine toi bien.

La ferme électronique, le lumidoudours qui chante (avec la voix d'Henri Dès), la veilleuse qui fait des papillons arc en ciel au plafond, l'écoute-bébé, le livre interactif qui parle,...

Tout ça, ça nécessite des piles pour fonctionner de manière optimale*

   

Mais quand la dernière pile trouvée sous une pile d'autre chose (que t'as vidé 3 tiroirs pour mettre la main dessus) te dit :

"non désolée en fait j'ai déjà été utilisée, j'ai été rangée par toi dans le coin des piles neuves... Va laver ton demi neurone à l'eau de javel tu réfléchiras ptêt mieux après!"

De désespoir, tu irais bien t'étouffer avec le lumidoudours...

   

Moi j'ai prévu le coup!

Avant la naissance, j'ai acheté le méga chargeur de pile de la mort avec plein de piles de toutes sortes! (même si yen a jamais assez de ces machins à précieux voltages)

Malin, oui oui!

      

Par contre ce qui est un peu moins malin c'est de piocher dans le lot de piles, ne pas recharger les piles vides en se disant qu'on le fera dès que bébé dort / demain / à la Saint Glinglin (rayer la mention inutile)

Parce que c'est toujours en cas d'urgence qu'on s'aperçoit que la dernière pile pleine, c'est celle qui fait chevroter la voix d'Henri Dès dans le lumidoudours qu'on dirait qu'il a attrapé une rhino pharyngite carabinée...

   

Et ton loupiot, il s'en fout lui!

Il VEUT son lumidoudours avec sa voix (enfin celle d'Henri D) fringuante des beaux jours!

Comme le phénix renaissant de ses cendres, comme une tartine parée de son nutella...

      

Tu peux toujours lui dire que c'est de la faute au cac 40 le coup des piles ou que pour te faire pardonner tu lui achèteras une veste (immonde) taille XXXL pour faire son "Tectonic Boy" au Poussette Café.

RAF le gamin.

Lui il a pas de piles donc n'espère pas que sa charge énergétique s'amoindrisse comme celle du Lumidoudours... Pire, son énergie parait inversement proportionnelle à celle de la fringuance de la voix de son Lumidoudours! **

         

une réserve de pile avec une alarme qui dit que t'es bientôt à sec dans tes réserves, ça c'est du concept à développer...

    

   

   

* un jouet qui fonctionne de manière optimale est un jouet qui remplit son office en "occupant" l'asticot un peu plus de 7 secondes 4 centièmes d'affilée

** et par voie de fait, inversement proportionnelle aussi à l'énergie parentale

   

 

Posté par celinevincerobin à 22:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 juillet 2008

Survivre et circuler avec un bébé en poussette in Paris : Episode 1 : Dans le TGV

Comment se faire aider à monter la poussette dans un TGV ou tout autre train pourvu de quelques marches ?

Plusieurs choix stratégiques s’offrent à vous.

1.       Le regard de cocker. Mouais bof…

2.       Un grand sourire, ça paie bien !

3.       Une stratégie qui paie encore mieux : le grillage de priorité à droite

(ou à gauche ! NB ça fonctionne autant dans un sens que dans l’autre : nul besoin d’avoir son permis de conduire pour cela).

Quelqu’un arrive d’un autre côté et va monter sans vous voir. Faites comme si vous ne le voyez pas et engagez vous en même temps que lui. Là, la personne et vous marquent l’arrêt. (Prévoyez de ne pas trop vous engager au cas où l’autre serait 2 de tens’ et ne freinerait pas)

La personne, si elle est bien élevée, vous laisse passer et vous propose son aide.

Si elle ne vous propose pas son aide spontanément, aidez –là à se déclarer en adoptant la technique ultime, développée ci-après.

Cette technique est néanmoins à double tranchant.

En effet, si vous tombez sur un aigri de la vie doublé d’un malappris, il sera énervé de trouver quelqu’un sur son chemin et vous le fera sentir en soupirant ou grognant quand il sera obligé de freiner. Entre nous, nous n’avons pas envie que ce genre de personne un peu nervous / impulsive manipule la bébé-mobile et par voie de fait, le bébé inside) CQFD

4.       La technique ultime.

Dès que le numéro de la voie s’annonce, foncez !!!

Courrez un peu si vous êtes loin derrière, slalomez avec la bébé-mobile, doublez tout le monde jusqu’à la voiture où vous allez monter.

C’est bon, vous y êtes ? OK !

Arrêtez vous net devant les marches de la voiture.

Mais attention ! Prenez des notes : toute l’astuce réside dans les lignes qui vont suivre…

Collez vous pile poil de manière à ce que même un mannequin taille 32 fillette ne puisse pas monter.

Faites quelques manœuvres style « je soupèse, je soulève un peu, humm je me demande comment faire monter ça, j’engage une roue ou pas ??? ».

Là vous aurez fatidiquement un « vous voulez un coup de main ? » :D

5.       Si jamais on ne vous propose aucune aide (ce qui ne m’est pas encore arrivé jusqu’à maintenant ;-) ), demandez simplement à la première personne venue qui vous semble socialement équilibrée. (chacun ayant ses propres critères en matière d’équilibre)

Le pourcentage de raté est relativement faible et il y a tellement de personnes* qu’il y en aura forcément qui vous aideront et peut-être même avec grand plaisir (ça flatte le chaland quand on lui demande de l’aide)

Car, outre les égoïstes de première, il y a aussi ceux qui ne remarquent pas ou ne pensent pas qu’on a besoin d’aide. (Il est certain que ces derniers n’ont jamais eu à se coltiner une poussette dans les transports ;-) )

* Pour une fois que c’est un avantage, tiens !

Posté par celinevincerobin à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2008

Exposition "Figuration narrative" au Grand Palais

(Faite hier avec miss Jade et mon bébé de 9 mois)

Elle sera affichée jusqu'au 16 juillet au Grand Palais.

Le personnel est très sympa, on n'a pas le droit à la poussette -normalement - mais on peut toujours demander à entrer avec celle ci.

Sinon on la laisse au vestiaire.

Pour info, des portes bébés sont prêtés gracieusement aux parents mais je n'ai pas vu à qui ils ressemblaient car je n'en ai pas demandé.

Voici le synopsis de la RMN (Réunion des Musées Nationaux) http://www.rmn.fr (on peut aussi y télécharger légalement des visites d'expo au format mp3)

La Figuration narrative n’a jamais été un mouvement proclamé comme tel. Elle est née de l’action du critique d’art Gérald Gassiot-Talabot et des peintres Bernard Rancillac et Hervé Télémaque qui, en juillet 1964, organisent ensemble au Musée d’art moderne de la Ville de Paris l’exposition Mythologies quotidiennes.

Au moment même où le Pop Art triomphe à la Biennale de Venise (avec le Grand Prix de peinture attribué en juin 1964 à Rauschenberg) et s’impose en Europe, l’exposition Mythologies quotidiennes réunit 34 artistes (dont Arroyo, Bertholo, Bertini, Fahlström, Klasen, Monory, Rancillac, Recalcati, Saul, Télémaque, Voss…) qui, comme leurs homologues américains, placent la société contemporaine et ses images au coeur de leurs oeuvres.

Quelques mois plus tard, le Salon de la Jeune Peinture est bouleversé par l’arrivée en force de jeunes peintres (Aillaud, Arroyo, Cueco, Recalcati, Tisserand…) qui se fixent l’objectif de faire à nouveau de l’art un outil de transformation sociale.
Force attractive, la figuration narrative rassemble ainsi au cours des années 60 des peintres venus d’horizons esthétiques ou géographiques différents (tels les premiers nommés mais aussi Adami, Erró, Fromanger, Stämpfli, la Coopérative des Malassis…) qui, travaillant à partir de l’image photographique ou cinématographique, de l’imagerie publicitaire, de la bande dessinée ou même de la peinture classique, aboutissent à des oeuvres qui détournent la signification première de ces représentations pour en révéler des sens inattendus, suggérer d’autres narrations, montrer leurs implications politiques.

Au cours de ces années, la figuration narrative se démarque ainsi de la neutralité sociale de l’Ecole de Paris comme du formalisme du Pop Art américain et dénonce les aliénations de la vie contemporaine.
L’effervescence de la fin des années 60 favorisera d’ailleurs l’engagement des plus militants des peintres de ce mouvement dans la vie politique et, particulièrement, dans les événements de mai 68 à Paris.

Regroupant plus de cent peintures, objets ou films, l’exposition Figuration narrative. Paris, 1960-1972 est conçue comme une exploration des sources du renouveau figuratif qui marque l’histoire de l’art des années soixante à Paris.

Posté par celinevincerobin à 15:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]